Le Chef du gouvernement : L’élimination de la violence faite aux femmes requiert une volonté et une action sérieuse et permanente.

1_24.jpeg

Le chef du gouvernement, M. Saad Dine El Otmani a réaffirmé la volonté et l’engagement, ferme et total, du gouvernement pour faire face au phénomène de la violence à l’égard des femmes, qui appelle à la mobilisation de tous les moyens afin de le circonscrire et d’en traiter les effets.
M. El Otmani présidait, mercredi 25 novembre 2020, la cérémonie de lancement de la 18 ème campagne de lutte contre la violence faite aux femmes, sous le thème « la prise en change des femmes victimes de la violence ». Il a indiqué qu’il est impératif de mobiliser tous les moyens, qu’ils soient  juridiques, culturels, pédagogiques, artistiques, médiatiques ou de sensibilisation, pour circonscrire ce phénomè, en veillant à associer l’ensemble des composantes, en particulier les associations de la société civile au vu de l’importance du rôle qui leur échoit en la matière. « Nous sommes certes animés d’une volonté collective, mais nous devons coopérer selon une logique nationale, puisque la volonté ne suffit pas à elle seule si elle n’est pas traduite en une réalité concrète », a dit le Chef du gouvernement.
Il a estimé que le traitement et l’élimination de la violence faite aux femmes passent par un soutien à tous les efforts visant à répandre les vertus et les valeurs de la tolérance et de l’entraide, mais aussi par le rejet de tout comportement de discrimination qui induit des rapports déséquilibrés et constitue une menace pour les individus et les sociétés.             
« La violence faite aux femmes constitue en fait une violation des droits de l’homme et un problème de santé publique et sociale. Elle constitue également une atteinte à la vie, à l’intégrité physique et psychique de la femme. Toute forme de violence est donc un acte de mépris envers la femme », a-t-il dit.
Le Chef du gouvernement a rappelé les hautes orientations royales visant la lutte contre la violence faite aux femmes, mettant en avant le long processus qu’a connu ce chantier, notamment les dispositions apportées par la constitution de 2011 qui interdit, dans plusieurs de ses articles, toute forme de discrimination entre l’homme et la femme, quelle qu’en soit la cause. « Ces dispositions nous ont servi de base pour le lancement de plusieurs initiatives qui se sont consolidées avec le temps », a dit le chef du gouvernement.
Plusieurs programmes en faveur de la femme ont ainsi été mis en place comme le plan «Ikram 1 et 2 », le programme « Tamkine »  ainsi que la stratégie nationale de lutte contre la violence à l’encontre des femmes et le programme de lutte contre la violence faite aux femmes, dont les décrets d’application ont été promulgués, et enfin la déclaration de Marrakech sur la lutte contre la violence faite aux femmes signée le 8 Mars 2020 sous la présidence effective de SAR la princesse Lalla Meryem, a rappelé le Chef du gouvernement. Cette déclaration a renforcé la dynamique existante en permettant d’associer et d’unifier les efforts des institutions et des acteurs nationaux pour lutter contre ce fléau, et c’est ce que traduit le slogan : « Marocains unis contre la violence faite aux femmes ».  
« Il s’agit là d’un important engagement du Maroc que nous devons ériger en une culture », a poursuivi le chef du gouvernement qui a appelé la commission nationale de prise en charge des femmes victimes de violence à finaliser son premier rapport annuel qui permettra de prendre connaissance des efforts consentis par notre pays et des lacunes et insuffisances qui restent encore à combler.
 

Newsletter