Le chef du gouvernement: Personne ne peut tirer un quelconque profit de la corruption

35c46f89-8a05-4a42-911b-a12ade9a3cb8.jpg

Le chef du gouvernement, M. Saad Dine El  Otmani, a mis l'accent sur la nécessité de s’attacher aux principes d'intégrité et de rejeter toutes les pratiques illicites, la corruption comprise.

Intervenant  lors de l’ouverture de la rencontre de communication organisée mercredi 15 mai 2019 par le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la politique de la ville, autour de l’étude relative à la cartographie des risques de corruption dans les secteurs de l’urbanisme et de l’immobilier,  le Chef du gouvernement a souligné que " qu’aucune partie, qu'il s'agisse d'un citoyen ou d'une entreprise, ne saurait tirer un quelconque profit en recourant à la corruption. La seule solution, a-t-il ajouté, est de faire montre d'intégrité et de transparence, de se conformer à la loi et de rejeter, dans nos transactions,  toute pratique illicite".

Le Chef de gouvernement a précisé à cet égard qu'il n'y a d’autre choix que de « faire face au fléau de la corruption, ce qui nécessite un effort et un engagement  collectifs. C'est en coopérant que nous pourrons réaliser à coup sûr bien des choses au profit de nos concitoyennes et  concitoyens"

S'agissant de l’étude relative à la mise en place d’une cartographie des risques de corruption dans les secteurs de l’urbanisme et de l’immobilier, réalisée par Le ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, le Chef du gouvernement  a estimé que cette étude constitue "un mécanisme de lutte contre la corruption permettant de prendre progressivement connaissance et de contrôler l'ensemble des risques, ainsi que  d'identifier les domaines dans lesquels elle prolifère."
M. El Otmani a ajouté dans ce sens qu'il s'agit là d'un travail sérieux et constructif et d’une première étape dans une approche progressive en vue d'élaborer une cartographie plus large des risques de la corruption d'une manière générale.
Le Chef du gouvernement  a par ailleurs évoqué les dispositions du programme gouvernemental, qui  a érigé en priorité fondamentale  le sytème d’intégrité et la poursuite de la lutte contre la corruption, ajoutant que "l’élaboration d’une politique anti-corruption forte requiert une évaluation permanente  des risques de corruption, de l’impact des mesures préconisées et du progrès réalisé en la matière." 
À cet égard, le Chef du gouvernement  s'est félicité des efforts déployés ainsi que  du travail sérieux et participatif des différents départements ministériels concernés, des établissements publics, des organisations de la société civile et des représentants du secteur privé œuvrant  dans la lutte contre la corruption, saluant  également  le rôle important de tous les citoyens et des représentants des médias.
 

Newsletter