Le Chef du gouvernement préside la 12ème réunion du Comité de gestion du service universel des télécommunications (CGSUT)

3_12.jpeg

Le Chef du gouvernement, M. Saad Dine El Otmani a présidé, lundi 26 octobre 2020 à Rabat, la 12ème réunion du Comité de gestion du service universel des télécommunications (CGSUT), consacrée à l'examen de l'état d'avancement des projets et programmes approuvés par le Comité, ainsi qu'à la présentation des projets devant être adoptés pour répondre aux besoins futurs en matière de généralisation des technologies de l’information et de la communication et du numérique au Maroc.
Ouvrant les travaux de cette réunion, M. El Otmani a rappelé le rôle joué par le secteur des télécommunications dans la lutte contre les répercussions de la pandémie du Coronavirus (Covid-19), le Royaume disposant d'un réseau de télécommunications efficace qui a contribué à relever les défis et à surmonter les contraintes induites par la crise sanitaire. Il a  salué à cet égard l'implication des opérateurs et leur interaction avec les exigences imposées par la conjoncture.

Cette conjoncture a démontré la nécessité de disposer d’infrastructures de télécommunications solides, à même de répondre aux besoins de la population, particulièrement dans le domaine de l’éducation et de l’administration, et qui permettent d'accompagner l'économie nationale, a estimé le Chef du gouvernement. Il a ajouté que la crise sanitaire a également mis en évidence l'importance d’œuvrer en faveur de l'achèvement des réalisations et de l'accélération de leur cadence, particulièrement en ce qui concerne la couverture à haut débit dans le monde rural, la promotion de la numérisation des services et le développement des usages.
Le Comité de gestion du service universel des télécommunications a contribué, grâce à sa bonne gestion et à l’implication responsable de tous les intervenants, à réduire les disparités de couverture et à faciliter l'accès aux technologies de l'information et de la communication à travers plusieurs programmes qui ont été entièrement déployé ou ceux qui sont en cours de réalisation, a souligné M. El Otmani. Il a cité à ce propos le plan national de haut et de très haut débit qui permettra de généraliser la couverture à l'intégralité du territoire national en réseaux et services et de répondre ainsi aux enjeux actuels et futurs en lien tant avec les citoyens qu'avec les entreprises. Ceci permettra également d'engager le Royaume dans des projets de transformation numérique afin de rapprocher les services fournis par les administrations et les services publics de l'ensemble des citoyens.
M. El Otmani a également passé en revue le bilan d'un ensemble de projets structurants visant à réduire la fracture numérique et à développer les usages au Maroc, comme le programme d'accès généralisé des télécommunications (PACTE) qui couvre 99,6 pc de la population en terme de réseaux de communication mobile des opérateurs nationaux, ainsi que le projet ambitieux de couverture de 10.740 zones rurales d'ici 2022 avec des technologies 4G, dont le taux d'avancement se situe à 40 pc. Le Chef du gouvernement a également évoqué le programme de généralisation des technologies d'information et de communication dans l'enseignement (GENIE), ainsi que le programme INJAZ qui a permis de doter près de 138.000 élèves et étudiants d'ordinateurs et d'abonnements au service internet 3G, et le programme NAFIDA qui a permis à près de 150.000 enseignants de disposer d'un abonnement internet. 
Par ailleurs, a dit le Chef du gouvernement, cette réunion du CGSUT permettra d’examiner une série de programmes et de projets proposés en tant que service universel des télécommunications, afin d’aller de l’avant dans la stratégie du Royaume qui vise à renforcer le rôle des télécommunications et de l’économie numérique, deux leviers du développement économique et social.
Parmi les importants projets figurant dans ce cadre, outre l'accroissement de la généralisation et l'élargissement de la couverture et l’accès de la population aux réseaux sociaux à travers le haut et très haut débit, il a cité le chantier de la mise en place du portail national de l'administration qui contribuera grandement à la simplification des procédures administratives, au rapprochement des services des citoyens et à leur accélération, en plus de la facilitation du travail des entreprises et des investisseurs. 
Ces programmes ambitieux proposés comportent aussi l'appui à l'enseignement supérieur pour faire face aux défis imposés par l'enseignement à distance, en raison du coronavirus et de ses répercussions, comme c’est le cas du portail de l'étudiant qui offre des services éducatifs et d'autres prestations concernant la vie estudiantine, au côté de l'atelier numérique qui consiste en des programmes d’innovation interne pour mettre en place un centre de recherche et de coopération, d'une manière rapide et effective avec les ateliers numériques privés, ainsi que le projet de l'université virtuelle et le projet de la bibliothèque numérique.

M. El Otmani a d'autre part évoqué le rôle du Fonds du service universel des télécommunications, en tant que mécanisme rationnel et efficient qui vise à appuyer les projets futurs, ce qui suppose un renforcement du rôle du fonds en tant qu’incitateur de l’investissement dans le secteur des communications et levier de son développement. Il a exhorté le comité et tous ses intervenants à réagir positivement au rapport de la Cour des comptes sur la gestion des services essentiels des télécommunications et d'accorder une attention particulière aux observations et recommandations qu’il comporte, en veillant à en dresser l’inventaire et programmer la mise en exécution.
Lors de cette réunion, les membres du comité ont suivi un exposé du directeur général de l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT), dans lequel il a présenté le bilan des projets réalisés ainsi que des propositions de projets futurs relatifs au soutien à l’accès aux services des télécommunications et l'appui de leur utilisation.
Les membres du comité ont ensuite examiné les projets et programmes futurs qui seront adoptés et qui visent à développer l’enseignement supérieur, à soutenir la modernisation de l’administration et l'appui à l’accès gratuit des citoyens à certains services, en plus de la poursuite du renforcement des chantiers de la  gouvernance.
Cette réunion s'est déroulée en présence notamment du Secrétaire général du gouvernement, du ministre de l'Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, du ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l’Économie numérique et verte, de la ministre de l'Aménagement du Territoire national, de l'Urbanisme, de l'Habitat et de la Politique de la ville, du ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé de l'Administration de la Défense nationale, du ministre délégué auprès du ministre de l'intérieur et du ministre délégué chargé de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, en plus de représentants des différentes administrations membres du comité. 
 

Newsletter