Nous saluons le rôle joué par les commerçants

final4.jpg

Le Chef du gouvernement, M. Saâd Dine El Otmani, a salué le rôle que les commerçants ont joué tout au long de la période du confinement sanitaire, et qui ont fait montre d’une conscience collective face à la pandémie, malgré les préjudices qu'ils ont subis du fait de ses répercussions, ce qui nécessite de leur accorder une attention toute particulière.

S'exprimant, samedi 30 mai 2020, lors d'une réunion en visioconférence avec les représentants d'associations professionnelles, dans le cadre de l'initiative de concertation avec les forces politiques, syndicales et associatives dédiée à la gestion de l’après 10 juin, M. El Otmani a souligné l’importance particulière que revêt cette réunion compte tenu de la place des professionnels en général et des commerçants en particulier, dans le cycle économique national.
Le chef du gouvernement a mis l'accent, lors de cette réunion à laquelle a pris part le ministre de l'Industrie, du commerce et de l'économie verte et numérique, sur l'impératif d'élargir la concertation avec les associations professionnelles au sujet des actions à entreprendre durant la période post-confinement. Il a  précisé que la tenue d'une réunion consultative demeure "une étape préliminaire qui permet aux professionnels de présenter des mémorandums et des propositions que nous prendrons en compte dans le débat général que nous voudrions direct avec les différentes composantes de la société".
Il a en outre souligné que l'objectif assigné à ces concertations lancées depuis quelques jours, est d'être à l'écoute, de se concerter et d'élargir le débat sur la gestion des modalités d’assouplissement du confinement sanitaire lors de la prochaine période. Il s'agit aussi d'élaborer un plan de relance de l’économie nationale et de présenter des propositions relatives au projet de loi de finances rectificative au titre de l'année 2020, a-t-il ajouté.
Le Chef du gouvernement a expliqué à cet égard qu'il n'avait pas été possible de proposer une loi de finances rectificative en mars ou avril derniers, en raison de l'absence d'hypothèses et de projections liées non seulement à l'économie nationale, mais aussi à l'économie mondiale, étant donné que l'économie marocaine est ouverte et dépend de l'exportation et l'importation, et de certains secteurs vitaux impactés par la pandémie, particulièrement le tourisme.
« Nous sommes confrontés aujourd’hui aux mêmes répercussions dont souffre le reste des pays du monde, comparativement auxquels nous avons pu réussir par la grâce de Dieu » , a-t-il dit. 
Il a rappelé dans ce contexte que les mesures prises ont permis au Maroc d'éviter un bilan social "très lourd", et de prévenir le pire sur le plan sanitaire en évitant environ 6.000 infections au Covid-19 et près de 200 décès par jour.
Il a aussi rappelé un certain nombre de mesures prises par le gouvernement, que ce soit pour réduire la charge pesant sur les petites et moyennes entreprises, les salariés ou les travailleurs du secteur informel qui ne sont pas inscrits à la Caisse nationale de sécurité sociale, notant que "toutes ces mesures devaient être prises rapidement pour alléger les souffrances, faire face aux grandes problématiques de nature économique et sociale et assurer la facilitation des financements nécessaires".
M. El Otmani a souligné à cet effet que l'aide financière accordée aux travailleurs du secteur informel a profité à 4,3 millions de familles, tandis que 5,1 millions de citoyens et chefs de famille ont bénéficié d’une aide financière directe. « Il s'agit là de la plus grande opération de soutien direct menée par notre pays dans un court laps de temps. Quant aux réclamations que le comité de veille économique réceptionne, elles font l’objet d’un traitement, sachant que 800.000 nouvelles demandes ont été acceptées et 400.000 ont été rejetées, tandis que d'autres sont toujours en cours de traitement, a-t-il dit.
 

Newsletter