Le Chef du gouvernement : Amnesty International n’a pas fourni de preuves matérielles et ses accusations contre le Maroc sont dénuées de fondement.

2_15.jpeg

Le Chef du gouvernement, M. Saad Dine El Otmani a reçu, jeudi 9 juillet 2020, une lettre de la Secrétaire Générale par intérim d'Amnesty International, en réponse à celle qu’il lui avait adressée le 1ER juillet 2020 pour lui demander des preuves matérielles confirmant les allégations contenues dans le rapport de l’organisation en date du 22 juin 2020. La réponse de la SG par intérim n'a pas fourni les preuves matérielles que le gouvernement marocain n’a cessé de demander à l’organisation depuis la publication de son rapport qui comporte des accusations infondées contre le Maroc, assorties d’une campagne médiatique internationale à des fins de calomnie et de dénonciations. Dans une déclaration à ce sujet, M. El Otmani a indiqué que « dans le gouvernement marocain, nous insistons toujours à nous faire parvenir une copie du rapport d’expertise scientifique adoptée pour adresser ces accusations infondées ou de le rendre public, au lieu de publier un rapport truffé d’expressions qui renvoient à des hypothèses en contradiction avec les critères scientifiques de l’expertise, ce qui fait des jugements avancés comme sûrs dans le rapport, de simples expressions dépourvues de tout fondement scientifique pour prouver le lien des infiltrations présumées de téléphones donnés avec le Maroc". « Le Maroc, qui a adopté dans la gestion de ce dossier avec AI une approche responsable, logique et transparente s’appuyant uniquement sur la preuve scientifique, demeure ouvert au dialogue constructif qui requiert de cette organisation internationale de présenter des preuves étayant ses allégations ou de revoir sa position en tant que signe de bonne foi pour rétablir la confiance, une condition nécessaire à la réussite de tout dialogue », ajouté le Chef du gouvernement.

Newsletter