Investiture des membres de la commission nationale de lutte et de prévention contre la traite des êtres humains

CG_comission contre le trafic humain.jpeg

Le Chef du gouvernement , M. Saad Dine El Otmani,  a présidé jeudi 23 mai 2019,  la cérémonie d'investiture des membres de la Commission nationale de lutte et de prévention contre la traite des êtres humains, et ce, à laquelle ont pris part plusieurs membres du gouvernements et hauts responsables.

À cette occasion, le Chef du gouvernement  a félicité les membres de la Commission  pour la confiance dont ils ont fait l’objet du fait de leur expertise avérée  dans le domaine de  la lutte contre la traite des êtres humains en particulier  et des droits de l'homme en général. Il leur a également souhaité  plein succès dans leurs nouvelles fonctions et a rappelé  que la Commission constitue un   nouveau pilier dans le renforcement des acquis démocratiques de notre pays et un composant fondamental de l'édifice des droits de l'homme.

Le Chef du gouvernement a relevé que l'investiture de la Commission  permettra de présenter des propositions en vue de l'élaboration d'un plan national et de mécanismes efficients  de lutte contre la traite des êtres humains. Il a ajouté que notre pays s’est engagé dans le chantier de la lutte contre la traite des êtres humains conformément aux exigences du saut qualitatif qu’il a opéré en matière de droits de l'homme et afin d’accompagner les réformes importantes réalisées en vue de consolider ces droits sur les plans juridique et institutionnel, grâe à la Haute Sollicitude de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste.
 
Dans ce contexte, le Chef du gouvernement a mis l'accent sur l'importance accordée par notre pays  à la lutte contre la traite des êtres humains et ce, à travers la  ratification de plusieurs conventions internationales y afférentes, telles que La Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et le  Protocole additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée visant à prévenir, réprimer et punir la traite des personnes, en particulier des femmes et des enfants. 

Le Chef du gouvernement a également évoqué  la loi relative à  la lutte contre la traite des êtres humains promulguée en 2016,  dans le but de créer un système législatif intégré pour lutter contre ce phénomène et le décret de 2018 portant création de la Commission  nationale chargée  de la  coordination des mesures ayant pour but la lutte et la prévention de la traite des êtres humains. Ce qui reflète, a ajouté M. El Otmani, l'évolution notable du cadre législatif et réglementaire marocain en matière de traite des êtres humains au cours des dernières années, découlant de la ferme volonté du Maroc de lutter contre ce phénomène.

La création de cette Commission, a expliqué le Chef du gouvernement, est  l'aboutissement des efforts de notre pays pour faire face à ce phénomène et consolider les droits humains et l'égalité  hommes - femmes en tant que conditions nécessaires pour protéger la dignité de l'homme et lui assurer une vie décente.

Le Chef du gouvernement a  invité les membres de la Commission  à proposer des mécanismes associant prévention et sensibilisation d'une part , et les impératifs de sanction,  de dissuasion et de protection d'autre part,   soulignant que la Commission   constitue le  cadre idéal  pour mener une  réflexion collective et  contribuer sérieusement  à la recherche de solutions pour lutter contre le phénomène de la traite des êtres humains et en réduire les répercussions,  du fait de sa représentativité de la diversité des départements ministériels, services de sécurité, institutions nationales et des organisations de la société civile.

M. El Otmani a également appelé les  membres la Commission à formuler des propositions quant  aux possibilités de coopération et de coordination entre les parties   gouvernementales concernées et les institutions s'employant à  lutter contre la traite des  êtres humains, tout en  tirant parti des expériences efficientes et des bonnes  pratiques des pays leaders en la matière.

Le Chef du gouvernement a enfin affirmé que le gouvernement ne ménagera aucun effort pour aider les membres de la commission à mener à bien leurs missions  et à réaliser  les objectifs assignés, soulignant que le gouvernement attend  de cette commission de formuler des propositions et des avis consultatifs, tout veillant  dans une première étape, à réaliser une étude de terrain et élaborer une base de données.
Ont pris part à cette cérémonie d'investiture le ministre d'Etat chargé des droits de l'Homme, M. Mustapha Ramid, le Ministre de la justice, M. Mohammed Auajjar, le Secrétaire général du gouvernement,  Monsieur Mohamed HAJOUI, la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l'Egalité et du Développement Social, Mme Bassima Hakkaoui, et le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères, chargé des marocains résidant à l'étranger et des affaires de la migration,                                         M. Abdelkrim Benatiq
 

Newsletter