Réunion du comité interministériel chargé de la sécurité routière

4.jpeg

Le Chef du gouvernement, M. Saad Dine El Otmani a présidé, vendredi 14 février 2020 à Rabat, une réunion du comité interministériel chargé de la sécurité routière, consacrée à l’examen de l’évolution des indices relatifs à la sécurité routière pour l’exercice 2019, au bilan de l’action du comité pour l’année 2019 et au programme d’action relatif à la sécurité routière pour l’année 2020. 

M. El Otmani a souligné, dans son allocution, que cette réunion, qui coïncide avec la célébration le 18 février de la journée nationale de la sécurité routière, fait suite à la réunion du comité permanent de la sécurité routière, tenue en date du 31 janvier, qui a examiné le bilan de l’action au titre de l’année 2019 et élaboré un projet de programme d’action portant sur la sécurité routière pour l’année 2020, lequel est soumis au comité interministériel de la sécurité routière pour approbation. 

Le Chef du gouvernement a mis l’accent sur l’importance majeure de la dimension humaine, dans le chantier de la sécurité routière, lequel appelle un traitement sérieux par la conjugaison des efforts de toutes les parties concernées. Il a souligné à cet égard que le gouvernement veille à inscrire ce chantier au rang des priorités de son action, dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie nationale de la sécurité routière visant notamment une réduction de 50 pc à l’horizon 2026, du nombre des décès occasionnés par les accidents de la circulation.

Le Chef du gouvernement a fait état de l’amélioration relative des indicateurs relatifs aux accidents de la circulation en 2019, marqués par une baisse du nombre des morts et des blessés graves, respectivement de 2,9 pc et 3,53 pc, en milieu urbain, ainsi que par une évolution positive d’autres indicateurs.  
Il a considéré que cette évolution doit constituer une motivation supplémentaire pour poursuivre la mobilisation et conjuguer les efforts de tous, en vue de réduire le lourd impact des accidents de la circulation sur le plan humain, mais également sur les plans matériel et économique, le coût annuel de ces accidents étant de l’ordre de 2,5 pc du produit intérieur brut.   

Le Chef du gouvernement a invité tous les intervenants à poursuivre leurs efforts louables dans le cadre d’une approche intégrée, basée principalement sur la sensibilisation et la prévention, mais comprenant également des mesures coercitives et répressives, tout en associant à cette action les potentialités de la société civile et en poursuivant l’inclusion de l’éducation à la sécurité routière aux programmes scolaires.

Il convient aussi de réfléchir à d’autres moyens innovants et à l’utilisation des moyens technologiques disponibles en la matière, a-t-il ajouté. 
Le Chef du gouvernement a également insisté sur l’importance de la sensibilisation, en mettant à profit tous les supports de l’information et de la communication à même de sensibiliser les citoyens et les citoyennes aux dangers du non-respect du code de la route, et son lourd tribut en termes de vies humaines, de drames pour de larges granges de la société et de retombées pour l’économie nationale.

Evoquant les aspects juridiques, M. El Otmani a mis l’accent sur la poursuite de la mobilisation de l’ensemble des intervenants pour l’application des lois en vigueur, tant en ce qui concerne la rédaction des procès-verbaux d’infractions au code de la route, que  le contrôle technique des véhicules dans les centres agrées, ce qui contribuera à réduire le nombre des accidents de la circulation et à renforcer le sentiment général du respect de la loi. 

Il a rappelé à ce propos les efforts considérables déployés par le gouvernement, de concert avec tous les acteurs institutionnels, pour mettre en place les infrastructures nécessaires pour un usage sûr des routes, à travers la mobilisation et l’affectation des ressources nécessaires à l’entretien et la construction de nouvelles routes pour faciliter le flux économique et commercial et la circulation des citoyens à travers les régions et villes du royaume.  

Le chef du gouvernement a appelé tous les intervenants à accélérer la cadence de la mise en application des composantes de la stratégie nationale de la sécurité routière 2017-2026, conformément à ce qui a été prévu dans son programme exécutif  et à veiller, chacun en ce qui le concerne, à mettre à disposition tous les moyens matériels et humains pour atteindre cet objectif, sans perdre de vue les actions de communication avec les citoyens et les composantes de la société civile pour un changement des comportements  sur les routes. 

Les membres du comité ont suivi, à cette occasion, un exposé détaillé sur l’évolution des indicateurs relatifs à la sécurité routière pour 2019 et sur le bilan du programme d’action en matière de sécurité routière pour la même année. 

Ils ont également suivi un exposé détaillant les composantes du programme d’action en matière de sécurité routière pour l’année 2020 et les mesures proposées dans le cadre des axes stratégiques qui s’y rapportent. Ce programme a été adopté par le comité. 

Ont pris part à cette réunion, le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le ministre de la Santé, le ministre de l’Equipement, des Transports, de la Logistique et de l’Eau, le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, le ministre délégué auprès du Chef du gouvernement chargé de l’Administration de la Défense nationale, ainsi que des secrétaires généraux et les représentants de la protection civile, de la gendarmerie royale, de la sûreté nationale et des administrations représentées au sein du comité. 
 

Newsletter