Des efforts pour améliorer la gouvernance du système de financement

Question :
La politique générale du gouvernement pour la mise en oeuvre de la contribution du secteur bancaire et le financement dans le développement, l'auto-emploi et le soutien des petites et micro-entreprises
Date de la Session :
Session :
أكتوبر 2019

Le Chef du gouvernement, M. Saad Dine El Otmani, a exposé devant les membres de la chambre des Conseillers, les grandes lignes  de la politique générale visant à mettre en oeuvre la contribution du secteur bancaire et financier en matière de développement, d’auto-emploi et de soutien aux TPE et aux PME. 

Intervenant lors de la séance mensuelle de la Chambre des conseillersconsacrée à la politique générale,  tenue le mardi 12 novembre 2019 sur le thème:  "la politique générale du gouvernement pour la mise en oeuvre de la contribution du secteur bancaire et le financement dans le développement, l'auto-emploi et le soutien des petites et micro-entreprises", le Chef du gouvernement a  mis l'accent sur  les efforts consentis pour améliorer le système de financement et relever  le niveau de sa gouvernance, qu'il s'agisse de la réforme du système de garantie, de la mise en place  de la stratégie nationale pour l'inclusion financière ou de la création d'un cadre de référence pour les mécanismes et les mesures de soutien mis en place par l'État pour les entreprises en phase de démarrage, les micros et moyennes entreprises.

Ainsi, dans le domaine de la réforme du système de garantie et afin d'améliorer les conditions d'accès au financement pour les micros, petites et moyennes entreprises, le Chef du gouvernement  a évoqué «la rationalisation de l'offre de garantie à travers la structuration et la réduction du nombre de produits de garantie et en les collectant en faveur des catégories ciblées: entreprises émergentes, micros , petites et moyennes entreprises».

"Cette réforme, a précisé le Chef du gouvernement, a permis de renforcer l'offre du Fonds de Garantie des micros, petites et moyennes entreprises avec le relèvement    du plafond de garantie au profit  des entreprises industrielles, exportatrices et celles initiant des projets dans le domaine du “Green”; cette garantie sera liée aux impératifs d'amélioration de la gouvernance des entreprises et de la transparence, de même qu'il sera procédé à la mise en place d'un mécanisme de garantie en micro finance pour des activités économiques génératrices de revenus, et d'un  projet visant à mettre en place un système facilitant l’accès des micros, petites et moyennes entreprises aux mécanismes de financement participatif. "

En ce qui concerne la stratégie nationale pour l'inclusion financière, le Chef du gouvernement a souligné que cette stratégie a été mise en place  à l'initiative conjointe du ministère de l'Economie, des Finances  et de la Réforme de l'Administration  et de  Bank Al-Maghrib, dans le but de coordonner les procédures et d'identifier les priorités, les rôles et les responsabilités des différents intervenants. Elle vise à accélérer le développement de modèles alternatifs, notamment le paiement mobile, le renforcement du rôle des établissements de microfinance ainsi que  l'assurance globale, l' encouragement des  modèles «classiques» à accroître l'inclusion financière en créant les conditions permettant aux banques d'accélérer l'intégration financière, ainsi que le renforcement des  outils de gestion des risques pour les catégories vulnérables en développant un cadre et des outils facilitant  l'accès des très petites  entreprises et des particuliers au financement.

Le Chef du gouvernement a par ailleurs souligné la nécessité de trouver un cadre de référence global pour surmonter les obstacles auxquels les PME sont confrontées et qui fournirait  une vision intégrée, soulignant le lancement prochain de "la plateforme nationale d'appui à l'entreprise", en tant que guichet unique qui offre aux porteurs de projets et aux entrepreneurs les informations nécessaires et les procédures liées aux politiques et aux mécanismes d'appui qui leur est destiné.

Dans le même contexte, le Chef du gouvernement  a évoqué la création de mécanisme de financement coopératif en tant que nouvel outil  de financement de projets, consistant à lever des fonds directs auprès du public, auprès d'entreprises de financement coopératif, dans le but de  financer l'entrepreneuriat des jeunes et les initiatives innovantes. Il a souligné le rôle joué par la Caisse centrale  de garantie et sa contribution à garantir des prêts aux entreprises que les banques n'acceptent pas  d'habitude en  raison des risques qui caractérisent ces entreprises et qui sont liés à la nature ou à la taille de leurs activités.

Le Chef du gouvernement a  aussi passé en revue les différentes mesures entreprises par le gouvernement en vue de soutenir la contribution du  secteur des micro-crédits, rappelant les propositions émises dans le projet de loi de finances 2020, notamment la création d'un "Fonds d'appui au financement de  l'initiative entrepreneuriale"   qui sera doté de six milliards de dirhams  sur trois ans, en partenariat avec l'Etat, Bank Al-Maghrib et le Groupement professionnel des banques du Maroc, répartis à parts égales entre l'État et les banques. Ce Fonds sera principalement consacré au soutien des jeunes diplômés et leur permettra  d'obtenir des prêts bancaires pour financer leurs projets, ainsi qu'à l'appui aux petites et moyennes entreprises opérant dans le domaine de l'export, en particulier vers l'Afrique. Il permettra également une meilleure intégration économique des projets générateurs de revenus pour le secteur non structuré, les  entreprises émergentes innovantes et les auto- entrepreneurs. Les ressources de ce fonds devront  financer des mécanismes de garantie et le capital investissement, ainsi que l'assistance technique de l'Etat au profit des micros, petites et moyennes entreprises et des jeunes, porteurs de projets.
 

Newsletter