Le Chef du gouvernement : « personne ne souhaite un retour au confinement total ».

المحور :
politiques gouvernementales pour faire face aux défis socio-économiques à la lumière des répercussions de la pandémie du coronavirus
Date de la Session :
Session :
Session Octobre 2020

Le chef du gouvernement, M. Saad Dine El Otmani a affirmé « que personne, parmi les responsables ou les citoyens, ne souhaite un retour au confinement total, étant données les répercussions sociales, économiques et psychologiques d’».
Intervenant, mardi 3 novembre 2020, lors de la séance mensuelle des questions orales sur la politique générale à la Chambre des conseillers, consacrée aux "politiques gouvernementales pour faire face aux défis socio-économiques à la lumière des répercussions de la pandémie du coronavirus", M. El Otmani a toutefois souligné « qu’un retour au confinement sanitaire, quoique indésirable, restait une option, qui demeure tributaire de l'engagement de tout un chacun pour le respect des mesures proactives et préventives connues de tous ».
« Toutes les décisions entreprises par le Royaume ont été des décisions souveraines, basées sur des données précises », a affirmé le Chef du gouvernement, expliquant que ce genre de décisions ne sont pas prises avec facilité ou de manière spontanée, le Royaume s’étant appliqué depuis les premières phases de la propagation de la pandémie du covid-19, « à adopter une vision claire et une approche purement marocaine en comptant sur ses propres moyens ».
Le Chef du gouvernement qui a réfuté que le déconfinement ait été un jour présenté comme signifiant la fin de la pandémie, a relevé que la période du confinement sanitaire a permis de se préparer à l’évolution de la situation épidémiologique, par le développement des capacités propres de notre pays et celles de son système de santé, à l’instar des mesures et dispositions prises dans plusieurs villes comme Tanger, Marrakech, Fès et Beni Mellal qui ont permis de contenir la pandémie et de la faire régresser.  
« C’est pourquoi nous souhaitons qu’à la faveur de ces mêmes mesures et dispositions, nous puissions enrayer la progression inquiétante de la pandémie dans la région Casablanca-Settat, en particulier à Casablanca qui occupe le premier rang à l’échelle nationale avec près de la moitié des cas de contaminations et de décès », a-t-il ajouté.
M. El Otmani a appelé à davantage de prudence et de vigilance à l’approche de la vague de froid qui est généralement accompagnée de maladies saisonnières qui affaiblissent l’immunité. « Il est de notre devoir collectif, individus et institutions, de ne pas lâcher prise et de continuer à faire montre de prudence et de respect des mesures préventives individuelles et collectives ».
Abordant les dispositions prises par le Maroc pour faire face aux répercussions économiques et sociales de la pandémie, il a indiqué que « la situation économique dans notre pays est difficile. Toutefois, il serait juste de convenir que la situation aurait pu être pire, si les indicateurs et les équilibres macro-économiques n’étaient pas sous contrôle au moment du déclenchement de la pandémie, en termes de réserves en devises, de maitrise du déficit commercial et d’afflux des investissements étrangers ».
Au volet social, le chef du gouvernement a fait état de la poursuite de plusieurs chantiers, comme la généralisation de la couverture sociale, le développement des projets à caractère social, le renforcement des systèmes de l’enseignement et de la santé, et l’appui à l’emploi y compris dans le secteur public.
 

Lettre d'informations