Notre objectif est d’assurer la sécurité hydrique pour laquelle nous disposons d’une vision et des programmes clairs.

Question :
La politique hydrique
Date de la Session :
Session :
أكتوبر 2019

Le Chef du gouvernement,  M. Saad Dine El Otmani a affirmé que le Maroc dispose actuellement d’un important capital d’ouvrages hydrauliques en cours d’exploitation, consistant en 145 grands barrages avec une capacité de retenue de plus de 18,6 milliards de mètres cubes et 130 petits barrages, auxquels s’ajoutent 14 grands barrages pouvant mobiliser un total de 3,2 milliards de mètres cubes et 20 petits barrages en cours de réalisation. 

Intervenant lors de la séance mensuelle de politique générale, consacrée à la politique hydrique du gouvernement, lundi 27 janvier à la chambre des représentants, M. El Otmani a souligné que notre pays suit une politique proactive et ambitieuse à long terme en matière de gestion des ressources en eau, grâce à la vision sage et clairvoyante de Feu SM Hassan II qui consistait en la construction de barrages pour emmagasiner et préserver les ressources en eau durant les années à forte pluviométrie en vue d’en faire usage en cas de pénurie.

Et c’est cette même vision clairvoyante qu’a fait sienne, tout en la consolidant, SM le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, qui a permis à notre pays de « se doter d’une importante infrastructure hydrique pour mieux répondre aux besoins en eau, sans cesse croissants, dans le présent et dans le futur », a dit le chef du gouvernement.

« En parfaite harmonie avec l’intérêt que SM le Roi accorde à cette question des ressources en eau, le gouvernement a placé la politique hydrique au cœur de son programme et nous disposons d’une vision claire pour développer l’offre hydrique, préserver les ressources en eau et réaliser la sécurité hydrique », a dit M. El Otmani, rappelant la mise en service en 2019 de deux grands barrages (barrage de Ouljat Soltane dans la province de Khémisset et barrage Tamkit dans la province d’Errachidia), alors que quatre grands barrages seront mis en service en 2020 (Barrage Kadoussa dans la province d’Errachidia, barrage de Sidi Abdellah dans la province de Taroudant, barrage El Kharroub, dans la préfecture de Tanger et barrage Toudgha dans la province de Tinghir).

Le chef du gouvernement s’est par ailleurs attardé sur le programme prioritaire national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027 et le plan national de l’eau 2020-2050, qui seront exécutés parallèlement à la poursuite de la mise en œuvre des programmes inhérents à la gestion de l’eau, considérés comme des programmes ambitieux de nature à contribuer à la réalisation de la sécurité hydrique. 

Concernant le programme prioritaire national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation, il a indiqué que son exécution nécessitera un budget de 115 milliards de DH, dont 61 milliards de DH iront au renforcement de l’offre hydrique et 25,1 milliards de DH serviront à la gestion de l’offre et la mise en valeur de l’eau. En outre, 26,9 milliards de DH seront affectés au renforcement de l’approvisionnement en eau potable en milieu rural, 2,3 milliards DH à la réutilisation des eaux usées et 50 millions de DH à la communication et à la sensibilisation. 

A propos du plan national de l’eau, M. El Otmani a indiqué que le gouvernement a déjà préparé un projet de ce programme qui constitue une feuille de route pour faire face aux défis futurs en matière de gestion et de préservation des ressources hydriques conformément aux dispositions de la loi 36-15 relative à l’eau et qui fait obligation à notre pays d’adopter un plan national de l’eau s’étendant sur 30 ans et qui se situe dans le prolongement du programme prioritaire national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation.

« Une fois présenté et adopté par le conseil supérieur de l’eau et de l’environnement, ce plan permettra à notre pays d’assurer le niveau idoine de coordination et de sélectivité entre les différents acteurs et intervenants pour une mise en œuvre optimale de ce programme et des plans qu’il englobe. Le gouvernement œuvrera à mettre en place un échéancier précis pour en réaliser les composantes, ainsi que des mécanismes de suivi et d’évaluation nécessaire à sa mise en œuvre au niveau central par le biais de la commission ministérielle de l’eau et à l’échelon régional » a assuré le chef du gouvernement.  

Parallèlement au plan national de l’eau, le gouvernement s’attelle à préparer les documents de planification au niveau des bassins hydriques, à savoir les plans d’orientation de l’aménagement intégré des ressources en eau, conformément à la loi 36-15 relative à l’eau qui détermine, en conformité avec les orientations du plan national de l’eau, les besoins en eau de tous les secteurs ayant recours à cette denrée. 
 

Newsletter