Le Chef du gouvernement : la bataille de lutte contre la corruption ne peut être gagnée par l’altération et l’exagération

Question :
La stratégie nationale de lutte contre la corruption
Date de la Session :
Session :
أكتوبر 2019

Le Chef du gouvernement M. Saad Dine El Otmani a indiqué mardi 21 janvier 2020 que le Maroc est impliqué de manière volontariste dans la lutte contre la corruption qui se traduit par des répercussions négatives sur la société et constitue l’une des entraves au développement et à la stabilité des Etats.

Présentant les étapes d’exécution de la stratégie nationale de lutte contre la corruption lors de la séance mensuelle de la chambre des conseillers consacrée à la politique générale dans son premier volet, il a souligné que le succès dans la lutte anti-corruption est de nature à contribuer à la réalisation du développement escompté, à la promotion du climat des affaires et à l’amélioration du niveau de vie des citoyens, ce qui plaide en faveur d’une lutte contre ce fléau dans le cadre d’une vision unifiée avec l’implication de tous. 

A ce propos, a mis en garde contre toute tentation de minimisation  pu d’exagération lors du traitement des données relatives à ce fléau, réitérant l’entière disposition du gouvernement à endiguer la corruption sous toutes ses formes, ajoutant que le renforcement de la confiance du citoyen et des entreprises ne passe pas par les surenchères et par l’altération des efforts entrepris en la matière. 

« Notre pays a pris conscience prématurément des dangers actuels et futurs du fléau de la corruption et de ses répercussions négatives à tous les niveaux, ce qui l’a amené à s’impliquer volontairement dans sa lutte en la plaçant au cœur des préoccupations de l’Etat », a souligné M. El Otmani. Il a rappelé à ce propos la ratification en 2007 par le Royaume de la convention des Nations Unies de lutte contre la corruption et de la convention arabe de lutte contre la corruption, outre la consécration par la constitution de 2011 du principe de la bonne gouvernance et la création de plusieurs institutions dédiées à cette fin. 

Le Chef du gouvernement s’est attardé sur la stratégie nationale de lutte contre la corruption, adoptée par le Maroc pour la période 2016-2025, qui a été élaborée selon une approche participative et inclusive et pour laquelle une commission nationale a été mise sur pied avec une large représentativité. Cette stratégie a pour finalité de rétablir et de renforcer la confiance des citoyens en les institutions, en faisant en sorte que le fléau de la corruption accuse une tendance baissière continue, a-t-il dit.

Le chef du gouvernement a mis l’accent à ce propos sur l’engagement pris par le gouvernement pour renforcer le mécanisme de la probité, améliorer le classement du Maroc dans l’indice international de perception de la corruption, assurer une mise en œuvre optimale de la stratégie nationale de lutte contre la corruption, renforcer le système des valeurs chez les marocains et la bonne gestion des deniers publics et accélérer l’interaction avec les plaintes des citoyens. 

Des progrès notoires ont ainsi été accomplis en la matière comme l’illustrent l’amélioration des structures d’accueil au sein des administrations publiques, le lancement du portail dédié à la réception des plaintes, la numérisation des services fournis par l’administration, l’accès à l’information, le renforcement de la déontologie, le contrôle et la reddition des comptes et le renforcement des poursuites et de la répression, a dit le chef du gouvernement. 

M. El Otmani n’a pas manqué de saluer les réalisations accomplies par le Maroc en matière de lutte contre la corruption comme il ressort de plusieurs indices positifs, appelant à poursuivre cette lutte qui est un chemin long et pénible dont la réussite dépend de la conjugaison des efforts et de l’implication consciente et agissante de tous.
 

Newsletter